<   Retour au Blog

Le SEO est mort : retour sur la « fake news » !

26/07/2019
fond Tendances Media
Le SEO est mort : retour sur la « fake news » !

Le SEO est mort, vive le SEO !
Comprendra qui pourra, mais de toute évidence, ceux qui ont enterré le SEO doivent s’en remettre aux faits : le référencement naturel est encore à ce jour le premier canal d’acquisition sur le web, et sans aucun doute le plus rentable ; en témoignent les prix des Coûts Par Clic — des dizaines voire des centaines d’euros sur Adwords dans les secteurs juridiques et financiers par exemple — qui croissent d’année en année.

 

La recherche vocale entraîne-t-elle la mort du SEO ?

À en croire certains, la recherche vocale serait le mal en personne et tuerait à petit feu le SEO. Or nous pensons ce raisonnement saugrenu, pour plusieurs raisons. D’une part celle-ci ne modifie en aucune mesure le fonctionnement du moteur de recherche, en ce sens qu’elle n’est ni plus ni moins qu’une recherche « classique », mais exprimée à l’oral. D’autre part si la recherche vocale se révèle utile pour les recherches géolocalisées, elle ne l’est pas forcément pour des requêtes plus avancées. En d’autres termes, elle pourrait convenir en l’état à un infime pourcentage de recherches. Qui plus est, la formulation à l’oral nécessitant l’usage de plus de mots qu’à l’écrit, la recherche vocale produit naturellement plus de requêtes.

 

Donc, pour conclure sur ce point, l’avènement de la recherche vocale s’apparente davantage à une mutation technologique que d’une dégradation de la situation du référencement naturel. Le ver est dans le fruit, disait-on ! Que nenni, quelle que soit la forme que prendra le SEO, les utilisateurs devront toujours faire une recherche au démarrage.

 

Arrêtons-nous sur les volumes de recherche

Pour mieux illustrer leurs thèses (= mort du SEO), certains prenaient en compte la baisse du taux de clics dans les résultats naturels. C’est indéniable, si l’on s’en tient strictement aux chiffres, on constate une baisse des taux de clics due notamment au trafic sur mobilequi laisse moins de place aux résultats naturels sous l’effet du scroll, entre autres. Pourtant pour que cela soit plus juste, il aurait fallu aussi prendre en compte l’évolution du nombre de requêtes sur Google. En effet, en 2016, plus de 2 000 milliards de recherches ont été effectuées, contre 1 000 milliards en 2015…
Comprenez-vous l’intérêt de cette donnée ?

La publicité en deçà des espérances

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi Google modifiait aussi souvent ses publicités ? Du jaune au vert, puis du vert au noir sur mobile de manière à fondre les publicités le plus possible avec les résultats naturels. Ne voit-on pas dans ces mises à jour le désaveu des internautes qui sont de plus en plus contraints de « s’empiffrer » de publicités pour accéder à leurs contenus ?

Les utilisateurs, fatigués des sollicitations incessantes, ont besoin de se sentir libres dans leurs recherches plutôt que de se voir imposer un quelconque résultat… Le SEO est le seul canal d’acquisition qui permet chaque jour de générer des centaines voire des milliers de visiteurs à des coûts anecdotiques compte tenu du bénéfice apporté.

Alors, au lieu de crier HARO sur le SEO, ne devrait-on pas plutôt pointer du doigt la publicité ?

Vous souhaitez en discutez avec notre agence? Contacter Tendances.media 

 

Abonnez-vous à notre Newsletter

J'accepte de recevoir les newsletters de tendances.media et de ses partenaires.